Observatoire Gravitaire Géoazur-en Observatoire Gravitaire Géoazur-fr
[Observatoire Gravitaire Géoazur] Glissements de Grasse
Glissements de Grasse

Travaux de Recherche par S. Zerathe et T. Lebourg, Géoazur, UNS, Nice, France.

L’ étude menée sur le versant de La Marbrière, situé sur la commune de Grasse (Alpes-Maritimes, France) s’intéresse au rôle de l’héritage géologique dans les mouvements gravitaires de grande ampleur. Ce versant, marqué par un héritage structural important dans un contexte sédimentaire, appartient à la bordure méridionale des chaînes subalpines. Des observations préliminaires ont permis de mettre en évidence des indices de déformation gravitaire caractéristiques de grand mouvement de versant.

Une approche de cartographie multi-échelle, couplée à des campagnes de prospection géophysique, montre le contrôle important d’une tectonique cassante héritée de ces déformations. Ce contrôle s’exprime, en surface, par des corrélations spatiales et géométriques entre les réseaux de failles et fractures et les morpho-structures gravitaires en présence (escarpements, crevasses, anomalies topographiques). L’analyse de ces morpho-structures suggère un ancrage profond des déformations, à la faveur de grandes failles décrochantes. Les résultats obtenus à partir des profils de tomographie électrique, et soutenus par des modélisations simples, ont permis de valider cette hypothèse. Le versant de La Marbrière a été identifié comme un « deep-seated-landslide » qui montre la particularité de présenter trois états de maturité de la rupture gravitaire.

Ces différents états d’évolution s’observent à l’échelle du versant dans trois zones marquées par des morphologies différentes et la présence de morpho-structures typiques de grande déformation gravitaire telles que des escarpements, des contre-pentes, des crevasses ainsi que des fractures ouvertes. A plus petite échelle, ces crevasses et fractures ouvertes, très actives dans deux secteurs (notés zone 1, zone 2), présentent un important potentiel de recherche qui intéresse plus particulièrement le projet MASSA au vue des interactions fortes qui s’observent entre altération de la roche, héritage tectonique et dynamique gravitaire. Du fait du risque majeur qu’ils génèrent (habitations et route nationale menacées) ces deux secteurs sont multi-instrumentés et surveillés depuis octobre 2009 par le laboratoire Géoazur et la société MYOTIS.