Observatoire Gravitaire Géoazur-en Observatoire Gravitaire Géoazur-fr
[Observatoire Gravitaire Géoazur] Pluviométrie
Pluviométrie

Travaux de Recherche par W. Berolo, Géoazur, UNS, Nice, France.

- Précipitations annuelles observées à Saint Etienne de Tinée (1 140 m) de 1969 à 2008 - Source de la base de données : Météo-France.




- Estimation des précipitations annuelles de fréquences biennale, décennale et centennale
La statistique des précipitations annuelles est effectuée sur un échantillon de 40 années par ajustement des valeurs observées à une loi normale. Le graphique ci-dessous montre que les points expérimentaux sont alignés le long de la droite théorique et situés dans un intervalle de confiance à 80%. Les valeurs théoriques des pluies biennale, décennale et centennale sont calculées en fonction de la moyenne et de l’écart-type de la série d’observations, et de la variable réduite de Gauss associée à la fréquence. Un événement x de fréquence théorique F(x)=0.99 et de période de retour théorique T=100 ans est tel qu’il a chaque année en moyenne une chance sur 100 d’être atteint ou dépassé, ou qu’il est en moyenne atteint ou dépassé une fois tous les 100 ans. Il peut ainsi se produire plusieurs fois dans un intervalle de temps inférieur à sa période de retour.

Les estimations des quantiles sont reportées dans le tableau ci-après ainsi que les limites inférieures et supérieures de l’intervalle de confiance à 80% sur ces valeurs. La pluie centennale est estimée à 1510 mm avec 80% de chances pour que cette valeur n’atteigne ou n’excède pas 1616 mm. Le tableau indique également les périodes de retour théoriques des 5 plus importants cumuls annuels de pluie enregistrés à Saint Etienne de Tinée au cours de la période 1969-2008.



Si l’on raisonne en année hydrologique, en retenant le cumul des pluies sur 12 mois consécutifs du 1er octobre au 30 septembre, les hauteurs maximales observées sont plus élevées. L’ajustement graphique à une loi normale laisse apparaître les deux plus forts événements comme horsains. On en déduit que la loi sous-estime la fréquence au dépassement des pluies les plus importantes. Pour comparaison, la période de retour théorique d’une pluie de 1500 mm est estimée à 90 ans si l’année débute le 1er janvier, à 166 ans si elle débute le 1er octobre. Selon ces derniers résultats statistiques, les temps de récurrence théoriques des deux plus forts événements sont évalués à 2262 ans et 586 ans ! Il est effectivement difficile d’admettre que l’on a rencontré en 40 années d’observation un événement de période de retour de l’ordre de 2000 ans !

Notons que la pluie journalière extrême la plus exceptionnelle enregistrée sur la période est 133.5 mm le 4 mars 2001. Cette pluie est incluse dans le second plus important cumul annuel déterminé par année hydrologique. Même si cette valeur est à confirmer, quels que soient l’approche statistique et le découpage annuel considéré, la taille de l’échantillon observé nécessite d’être plus grande pour assurer une analyse statistique stable avec des valeurs de quantiles fiables.

>> vers l’Hydrogéologie

 
article rubrique
mercredi  6 janvier 2010
traduction [English ] [français ]
Précipitations mensuelles observées à Saint Etienne de Tinée
Précipitations mensuelles observées à Saint Etienne de Tinée (1 140 m) de 1969 à 2008 - Source de la base de données : Météo-France. 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 (...) lire la suite de l'article
mardi  11 mai 2010
traduction [English ] [français ]
Estimation des précipitations mensuelles décennales et centennales
Travaux de Recherche par W. Berolo, Géoazur, UNS, Nice, France.
L’analyse statistique des précipitations mensuelles permet de dégager les paramètres caratéristiques de la station observée et de donner une estimation des pluies mensuelles de fréquences (...) lire la suite de l'article
mardi  11 mai 2010
traduction [English ] [français ]
Analyse statistique des précipitations journalières extrêmes
Travaux de Recherche par W. Berolo, Géoazur, UNS, Nice, France.
Une pluie journalière extrême peut influencer de façon non négligeable la statistique des pluies, que celle-ci soit considérée à l’échelle journalière, mensuelle ou annuelle. A Saint Etienne de (...) lire la suite de l'article