Observatoire Gravitaire Géoazur-en Observatoire Gravitaire Géoazur-fr
[Observatoire Gravitaire Géoazur] Historique
Historique

Les premiers indices d’activité visibles dans le paysage sont apparus depuis le milieu du 20ème siècle. On estime cependant que le glissement de La Clapière est actif en profondeur depuis près de 10 000 ans.

La première manifestation historique de mouvements se trouve dans l’étymologie du nom "Clapière" donné au versant. En effet, le nom de "Clapière" est dérivé du terme provençal "Clapasse", qui désigne une zone d’éboulis. D’autre part, les archives de témoignages des personnes ayant "pratiqué" le versant, montrent l’histoire ancienne (18ème siècle) avec des signes majeurs d’instabilité :

- des chutes de blocs fréquentes au niveau de la bordure latérale SW du glissement actuel (le long du vallon de Dailoutre) et de l’escarpement sommital actuel,
- l’apparition d’escarpements et de fentes de tension au niveau de la limite supérieure actuelle du glissement.

La comparaison des photos de 1938 et 1976 montre, en effet, un escarpement marqué (quelques mètres de décalage vertical) à mi-versant (1 700 m d’altitude) et un cône d’éboulis massif juste en aval du village de Saint Etienne de Tinée.

De 1976 à 1984, le versant subit des désordres morphologiques de plus en plus importants, avec notamment :

- une accentuation importante de la rupture de pente sommitale (décalage vertical de plus de 10 m),
- une progression vers l’amont (altitude 1 500 m) et vers le centre du versant de la zone source des éboulis et l’apparition d’une nouvelle en pied, côté Rabuons.

D’autre part, le pied du versant montre également une progression rapide, aboutissant à la déstructuration de l’ancienne route d’accès au village de Saint Etienne de Tinée.