Géométrie et fracturation de la masse instable
Travaux de Recherche par S. Zerathe et T. Lebourg, Géoazur, UNS, Nice, France.

vendredi 11 février 2011 par Wanda BEROLO

traduction [English ] [français ]
  • Zone 1

Vue arérienne de la zone 1 localisant les écailles principales et les trois secteurs à fort potentiel d’écroulement

 

Les désordres qui affectent la zone 1 se retrouvent en trois secteurs bien distincts où la densité des failles N060-N070° augmente considérablement. Ceci forme ainsi des couloirs de failles qui découpent l’ensemble du massif et individualisent de larges compartiments rocheux qui sont le lieu de l’ouverture des trois zones à fort potentiel d’écroulement. Cet ensemble de crevasses et de masses instables constitue le pied d’un « deep-seated-landslide » (voir Coupes schématiques du versant).

Secteur 1  :
Les désordres sur ce secteur sont caractérisés par une écaille rocheuse relativement bien individualisée, localisée en rive gauche du vallon Rioucougourde, directement en aval du canal du Foulon (se référer à la vue aérienne). L’écaille présente un stade de déformation avancé, décrochée à l’arrière suivant une fracture ouverte de 1 à 2 m, d’origine tectonique et orientée N060° (Figure 1 A) puis latéralement par des fractures N010 ; 80°E ouvertes de 10 cm. Les caractéristiques de la masse sont environ 20 m de longueur, 5 à 10 m de largeur et 15 à 20 m de hauteur (Figure 1 B), pour un volume rocheux total de 5500 m3 (≈ 250 m3).

Au regard de la composante de déformation sensiblement horizontale en tête de structure, le mode de rupture s’apparente au type basculement. Le comportement mécanique de l’ensemble parait de type rocheux bien que le degré d’altération (chimique et mécanique) très fort de la dolomie dans ce secteur puisse faire évoluer la masse en dislocation vers un comportement de type granulaire.

 

Figure 1 : Fracture ouverte et écaille rocheuse zone 1 secteur 1 ;
 
(A) vue de dessus et (B) vue latérale

Secteur 2 :
Les désordres sur ce secteur sont multiples et plus complexes que précédemment, localisés en rive droite du vallon Rioucougourde et directement en aval du tunnel 37 du canal du Foulon (se référer à la vue aérienne). On distingue deux types de déformation développés suivant une faille N090° :

(i) un compartiment Est qui présente deux masses en « touche de piano » de 2500 et 500 m3 décrochées du versant par une large crevasse de 3 à 4 m orientée N090° (Figure 2 A). D’après le taux de déformation fort et équivalent sur les composantes horizontale et verticale, il semble que la rupture soit de type rotationnel (dolomie altérée et pulvérulente) ;

(ii) un compartiment Ouest qui présente une structure complexe avec au moins deux écailles rocheuses imbriquées suivant des fractures ouvertes de 20 à 50 cm orientées N090°. La fracture supérieure, en Figure 2 B, individualise une petite écaille (volume 200 m3) particulièrement menaçante et montre des signes d’activité récente (racine tendue). Le mode de rupture, complexe à définir pour cet ensemble, s’apparenterait à une combinaison de tassement et de basculement avec un comportement rocheux.

 

Figure 2 : Désordres de la zone 1 secteur 2 ;

(A) crevasse individualisant l’un des blocs en touche de piano et

(B) fracture ouverte supérieure et racines tendues
Secteur 3  :
Il s’agit d’un secteur localisé un peu plus à l’est des deux précédents (se référer à la vue aérienne), directement en aval du tunnel 36 du canal du foulon (excavation également affectée par les désordres). Ce dernier présente également un système d’écailles imbriquées, de fractures ouvertes et de crevasses à un état de déformation avancé. Les crevasses et fractures se développent suivant des failles subverticales d’orientation N060° avec des largeurs d’ouvertures variant de 50 cm à 3 m. Le volume rocheux total mis en jeu est de l’ordre de 4000 m3 reparti sur deux masses principales. Du fait des enjeux plus faibles (autres que le canal) qui caractérisent ce secteur, le site n’a fait l’objet que d’une instrumentation provisoire axée sur la surveillance de l’excavation du canal. Ce secteur pourra faire l’objet d’une étude plus approfondie en vue d’une instrumentation permanente.

 

  • Zone 2

Il s’agit d’un secteur encore en phase d’analyse qui pourrait devenir un site important pour le projet MASSA. Les désordres qui affectent la zone 2 (voir Coupes schématiques du versant) sont constitués par un ensemble d’écailles rocheuses et de fractures ouvertes qui se développent le long de falaises. La dynamique de cette zone est particulière et complexe. Les écailles se développent sur l’escarpement principal d’un glissement rocheux de grande ampleur à la faveur d’un réseau de failles verticales N040°, particulièrement persistantes latéralement et en profondeur.

L’exemple d’une écaille majeure est présenté en Figure 3. Le volume rocheux mis en jeu est d’environ 50 000 m3 pour une longueur de l’écaille d’environ 130 m, une largeur de 10 m, et une hauteur de 40 m. La fracture ouverte varie de 5 à 10 m de largeur. Un glissement vertical est enregistré, mais la dynamique actuelle est un basculement de la colonne rocheuse.

Il s’agit d’un contexte d’escarpement de grand glissement rocheux, avec des désordres en partie déjà identifiés en 2000 et en 2001, ce qui a conduit à la création d’un large merlon au pied des falaises et au cloutage de quelque écailles rocheuses.

Figure 3 : Exemple de désordre dans la zone 2 ;

(A) vue aérienne et délimitation de l’écaille principale et

(B) vue latérale de l’écaille et de la fracture ouverte