Identification à échelle fine des réseaux de failles et fractures
Travaux de Recherche par S. Zerathe et T. Lebourg, Géoazur, UNS, Nice, France.

vendredi 11 février 2011 par Wanda BEROLO

traduction [English ] [français ]

Le versant rocheux, orienté N40 à N120, est constitué de roches carbonatées et dolomitiques (Jurassique inférieur et moyen ; Lias, Bajocien et Bathonien), avec un pendage de 15/20° vers le Nord superposées à une épaisse série argileuse et gypseuse (Keuper). Ce massif est fracturé par trois grandes familles de failles : d’orientation N160-N170°, de pendage subvertical vers l’Est et N020-N040° ; N060-N070° de pendage subvertical vers le Sud-Est avec des jeux décrochants et, respectivement, des cinématiques dextre et senestre.

Ces failles héritées sont reprises en dynamique gravitaire profonde, qui s’exprime par un « affaissement » généralisé du versant le long des discontinuités. La trace de ces déformations, matérialisée par un alignement d’escarpements, s’observe notamment en vue aérienne et dans le paysage (Figures A et B).

Figure (A) : Vue aérienne du versant de la Marbrière. Les flèches blanches soulignent l’escarpement du glissement suivant les failles N040° et les étoiles jaunes localisent les principaux secteurs affectés par des fractures ouvertes.

Figure (B) : Vue panoramique des falaises de la zone 2, héritage d’une rupture générale du versant.

A l’échelle du versant, cet « affaissement » présente différents états d’évolution identifiés sous trois zones dont :
  • Une zone 1 en cours de rupture (figure ci-contre) ; elle est marquée, en partie haute du versant, par un rejet de 20 à 30 m sur les failles N040 (associé à une large contre-pente) et en partie basse, par une série de crevasses et fractures actives (mm/mois) et ouvertes à la faveur d’un découpage N060-N070°.
  • La zone 2 dans un état post-rupture récent (figure ci-contre) ; elle est caractérisée par un escarpement vertical de 50 à 70 m de hauteur guidé par un système de failles en échelon N020-N040° (Figure B) avec au pied d’un volume rocheux glissé d’environ 15 millions de m3. L’escarpement principal est toujours soumis à un fort démantèlement qui s’exprime par une série de fractures et crevasses ouvertes actives. Le dernier écroulement (3 x 103 m3) date de mars 2009.
  • La zone 3 (paléo rupture), localisée au niveau du centre de Grasse n’est pas développée ici ; elle ne présente pas d’intérêt marqué dans le cadre du projet MASSA.

Coupes schématiques du versant (zone 1 et zone 2)