Hydrogéochimie
Travaux de Recherche par F. Cappa, Géoazur, UNS, Nice, France.

vendredi 4 décembre 2009 par Wanda BEROLO

traduction [English ] [français ]

Dans un massif rocheux, les mesures hydrogéochimiques des interactions eau/roche permettent de (1) localiser les zones aquifères où l’eau circule, et (2) d’estimer les temps de transit et de renouvellement des eaux. Egalement, ces mesures permettent (3) d’établir une première estimation des pressions d’eau à l’échelle du massif.

F. Cappa et al, 2004 ont développé une approche originale basée sur des mesures de la géochimie et du débit des eaux aux sources et des déplacements de surface sur le site du glissement de terrain de La Clapière (Alpes du Sud) pour étudier les couplages entre comportement hydraulique et mécanique du versant.

Cette nouvelle approche a permis de mettre en évidence une corrélation nette entre les variations de la chimie des eaux et les vitesses de déplacement du versant. Il en ressort que les périodes d’accélération du glissement de La Clapière sont synchrones avec les périodes d’augmentation du débit des sources et de diminution des concentrations en sulfates et en nitrates des eaux. Les résultats démontrent que les effets hydromécaniques au sein des aquifères du versant jouent un rôle de premier ordre dans la dynamique globale du glissement. L’étude montre qu’un suivi de la géochimie des eaux aux sources couplé à une surveillance fine des déplacements de surface est une méthode efficace pour la caractérisation in-situ des transferts d’eaux souterraines et de leur impact mécanique sur la dynamique d’un versant instable. De plus, cette étude montre que ces données peuvent être directement utilisées dans les modèles numériques thermo-hydro-mécaniques pour analyser (1) l’évolution des propriétés du milieu (perméabilité, porosité, résistance,...) lorsque celui se déforme, et (2) le rôle des fluides sur les processus menant à l’instabilité.

 Comparaison des variations de concentration en sulfates des eaux et de vitesses de déplacement du glissement de La Clapière sur la période 12/98 à 09/99. L’augmentation de la vitesse de déplacement est accompagnée d’une forte diminution des teneurs en sulfates. Ces variations font suite à une période de fortes précipitations sur le versant. Cette illustration montre que la chimie des eaux est un bon indicateur de la dynamique du versant.

 
Documents joints :
Articles publiés dans cette rubrique