En conclusion
vendredi 4 décembre 2009 par Wanda BEROLO

traduction [English ] [français ]

Ainsi, l’étude du mouvement du glissement de terrain de La Clapière par GPS monofréquences a permis de répondre aux interrogations initiales concernant la pertinence d’une telle surveillance et la qualité de celle-ci. Il s’est avéré que malgré l’hostilité du milieu, les résultats sont concluants, tant en terme de précision que de robustesse. Gamit n’est certes pas conçu pour le calcul d’un petit réseau comme celui de La Clapière-Rabuons, mais il permet d’obtenir des résultats fiables, et surtout, le suivi en temps quasi-réel des mouvements du glissement avec les paramètres ici jugés optimaux.

Le GPS est donc apparu ici comme un moyen de surveillance tout à fait complémentaire des cibles. Sur des glissements plus réduits ou plus homogènes, il peut tout à fait constituer à lui seul un moyen de surveillance et d’étude efficace. La qualité des données et la robustesse de calcul sont globalement meilleures que celles des prismes, même si le GPS nécessite une excellente infrastructure de rapatriement des données. Son intérêt sur le plan financier n’est pas des moindres non plus, puisque le coût d’un tachéomètre neuf est dix à quinze fois plus élevé que celui d’un GPS monofréquence.

Cette expérience pilote ayant été concluante, d’autres surveillances de ce type peuvent être envisagées. Celles-ci peuvent se baser sur le réseau RENAG, comme cela a été le cas ici avec les stations CLAP et RABU. Pour cela, il est admis qu’un calcul monofréquence est fiable dans un rayon de 30 kilomètres autour du point où sont estimées les corrections ionosphériques, c’est-à-dire dans un rayon de 30 kilomètres autour de la station bifréquence la plus proche. Les réseaux RENAG et RGP peuvent alors servir d’appui à l’étude d’autres glissements. Il s’agit là d’une perspective d’avenir intéressante pour le développement de la surveillance par GPS monofréquences d’autres phénomènes naturels de ce type.

Publications

- N. Martin (1995), Surveillance topométrique du glissement de La Clapière, Saint Etienne de Tinée : valorisation des mesures angulaires automatiques, Rapport du CETE Méditerranée

- F. Didier (1994), Surveillance topométrique du glissement de La Clapière, Saint Etienne de Tinée : Calcul des coordonnéees Lambert des cibles à partir de mesures automatiques, Rapport du CETE Méditerranée

- S. Jules (1993), Glissement de La Clapière, Saint Etienne de Tinée : Détermination des coordonnnées cartesiennes des cibles à partir de la télémesure automatique des coordonnnées polaires, Rapport du CETE Méditerranée

 
Documents joints :