Observatoire Gravitaire Géoazur-en Observatoire Gravitaire Géoazur-fr
[Observatoire Gravitaire Géoazur]
Glissement de terrain de la Clapière : 1979, 1994 et 2003. Photos Géoazur.
Bienvenue sur le site Géoazur de
l’Observatoire des Instabilités Gravitaires

L’Observatoire des Instabilités Gravitaires Géoazur a pour objectif l’étude et la compréhension des processus liés à la dynamique des mouvements gravitaires (déclenchement, propagation, forçages externes).

L’analyse des processus et l’approche modélisée de leurs variabilités spatio-temporelles ne sont possibles qu’en développant sur chaque site d’observation une instrumentation multidisciplinaire permanente. L’Observatoire Gravitaire Géoazur instrumente des sites à terre et en mer, et en assure la surveillance continue. Il met à la disposition de la communauté scientifique et des décideurs l’ensemble des bases de données produites et traitées :

  • à terre, mesure des variations de résistivité (imagerie par tomographie électrique), mesure de la cinématique (tachéométrie et GPS), du mouvement de la masse (inclinomètres), des niveaux piézométriques et de la pluie ;
  • en mer, observation de paramètres physiques, chimiques, biogéochimiques et biologiques variés, dans les sédiments marins voire le socle (puits de forage), sur le fond, dans la colonne d’eau et dans l’atmosphère à proximité de l’interface.

L’observation s’effectue à plusieurs échelles sur des sites représentatifs des problématiques liées aux instabilités gravitaires, notamment sur le premier glissement de terrain d’Europe en terme de volume déplacé (La Clapière, Alpes françaises), le rift continental le plus actif en Europe (Golfe de Corinthe, Grèce), les marges continentales passives en Méditerranée ouest et est (Ligure ; Nil), la marge active andine...

 

L’Observatoire des Instabilités Gravitaires de Géoazur publie...

T. Lebourg, M. Hernandez, H. Jomard, S. El Bedoui, T. Bois, S. Zerathe, E. Tric, M. Vidal (publié en ligne le 8 janvier 2011), Temporal evolution of weathered cataclastic material in gravitational faults of the La Clapière deep-seated landslide by mechanical approach, Landslides, doi:10.1007/s10346-010-0244-6